Mise à jour de la recherche du Cluster Science du raisin et du vin de l'année 4

Posted Sep 7th, 2022 in Cluster Updates & Events, Research

Mise à jour de la recherche du Cluster Science du raisin et du vin de l'année 4

Alors que nous clôturons le quatrième exercice du Partenariat canadien pour l'agriculture, grappe scientifique du raisin et du vin, chacune des activités a fourni une brève mise à jour sur les recherches effectuées jusqu'à présent. Nous remercions Agriculture et Agroalimentaire Canada et British Columbia Wine and Grape Council, Grape Growers of Ontario, Ontario Grape and Wine Research Inc., Conseil des vins du Québec, ministère de l'Agriculture de la Nouvelle-Écosse et Association des producteurs de raisin de la Nouvelle Partenaires industriels pour le financement de cette recherche. Nous avons hâte d'en apprendre davantage au cours des deux prochaines années du programme. Pour plus d'informations, contactez nous.

Activité 2 - Virus du raisin et du vin en Colombie-Britannique

La recherche contenue dans l'Activité #2 du projet CGCN Favoriser la croissance durable du secteur canadien du raisin et du vin répond à la nécessité d'élaborer des stratégies de gestion pour atténuer les dommages économiques causés à l'industrie du raisin de cuve par les principaux virus de la vigne. Les principaux domaines de recherche comprennent des études sur les effets du virus associé à l'enroulement de la vigne (GLRaV) et du virus de la tache rouge de la vigne (GRBV) sur la santé des plantes et la qualité des fruits ; stratégies pour atténuer les infections virales (par exemple, tests et escroquerie); et méthodes de gestion des vecteurs de virus en Colombie-Britannique. Malgré les impacts négatifs des restrictions COVID en cours, des changements de personnel et de la chaleur extrême de l'été au cours de l'été 2021, des progrès significatifs ont été réalisés dans tous les domaines d'étude.

Les données sur la santé et la productivité des cultivars rouges recueillies pour la 7e année en 2021 ont continué de montrer une réduction des solides solubles (Brix) des vignes infectées par le GLRaV-3 par rapport aux vignes saines d'environ 1,2 Brix. De plus, les résultats de la récolte 2021 ont montré une réduction de rendement de 10 % des vignes infectées par le GLRaV-3. L'évaluation des effets de GLRaV sur le sauvignon blanc, le chardonnay et le sémillon n'a indiqué aucune différence statistiquement significative dans la santé des plantes ou la qualité des fruits pour ces cultivars blancs, telle que mesurée par le rendement, les solides solubles totaux (Brix), le pH, l'acidité titrable, le taux de photosynthèse, les poids de taille , et la rusticité des bourgeons. L'évaluation des impacts du GRBV sur la santé et les performances du Cabernet Sauvignon en conditions BC a montré un rendement significativement plus faible et une réduction jusqu'à 4 Brix par rapport à des vignes saines. Des enquêtes sur le terrain pour le virus du pinot gris de la vigne (GPGV) ont révélé qu'il était très répandu dans les vignobles de la Colombie-Britannique, mais presque entièrement sous la forme ou la souche asymptomatique, avec seulement deux vignobles confirmés comme porteurs de la souche symptomatique dommageable. Le séquençage de 24 isolats de GPGV de la Colombie-Britannique, dont 10 génomes complets, est terminé et des analyses phylogénétiques sont en cours pour déterminer les corrélations entre les isolats de la Colombie-Britannique et les isolats mondiaux disponibles dans la base de données GenBank.

Les recherches commencées en 2021 sur l'éclaircissage des cultures comme outil potentiel pour minimiser l'impact du GLRaV-3 et du GRBV sur les cultivars de raisin rouge ont été achevées. L'éclaircissage des cultures est une pratique culturale standard utilisée par les producteurs visant à augmenter la qualité des fruits en laissant tomber une certaine quantité de fruits. Plus de ressources sont mises par la vigne dans moins de fruits augmentant la qualité du fruit laissé dans la vigne. Les résultats des essais de 2021 ont montré que l'éclaircissage des cultures peut potentiellement aider à réduire les effets négatifs du GLRaV-3 sur le merlot et le cabernet sauvignon, mais ne montre aucun effet sur le GRBV.

S'appuyant sur des travaux antérieurs qui ont identifié des espèces de cicadelles capables de transmettre le GRBV à un régime alimentaire artificiel (Kahl et al. 2021. Canadian J. Plant Path. Juin 2021), quatre espèces de cicadelles ont été identifiées dans l'Okanagan-Similkameen, Stictocephala brevistylus étant un nouveau record pour la Colombie-Britannique. Les échantillons de filets fauchoirs collectés au cours de l'été 2021 dans des parcelles de vignobles avec une propagation documentée du GRBV n'ont cependant pas réussi à collecter des cicadelles sur aucun site à aucune date. L'échantillonnage sera à nouveau effectué en 2022 avec un changement pour inclure un accent sur les adultes et les nymphes des cicadelles comme vecteurs possibles du GRBV. L'évaluation et la cartographie du GLRaV et le dénombrement des cochenilles farineuses et des vecteurs cochenilles dans les blocs sources de virus adjacents ont été à nouveau effectués à l'automne 2021 dans 15 blocs d'étude. La cartographie et les calculs du plus proche voisin ont montré que 97 % des nouvelles infections se produisaient à moins de 50 m du bloc source du virus infecté ; les corrélations des taux d'infection des blocs ont montré que la cochenille de la vigne semble être un vecteur plus important que la cochenille molle (cochenille européenne des fruits et cochenille cotonneuse de la vigne).

Contribuant à la gestion de la cochenille cotonneuse, nous avons signalé pour la première fois à partir de la Colombie-Britannique des identifications d'espèces et des taux élevés de parasitisme et de prédation de 13 espèces de parasitoïdes différentes élevées à partir de nymphes de cochenilles et de 6 espèces à partir de cochenilles adultes. Les évaluations finales du nombre d'écailles et du parasitisme de l'étude de terrain lancée en 2019 pour évaluer l'impact à long terme du néonicotinoïde ClutchTM et du pyréthrinoïde PounceTM ont montré un effet persistant. Près de deux fois plus de cochenilles hivernantes ont été trouvées dans les parcelles qui avaient été traitées avec Clutch par rapport aux parcelles pulvérisées avec le pyréthrinoïde Pounce ; le nombre de cochenilles par feuille était en moyenne de 1,25 dans les parcelles de Clutch comparativement à environ la moitié de ce nombre dans les parcelles de Pounce. Les taux de parasitisme n'étaient pas significativement différents pour les cochenilles hivernées recueillies à la fin du printemps. Plus de parasitoïdes individuels de trois espèces ont été récupérés en moyenne, cependant, à partir d'écailles parasitées des parcelles Pounce (2,59) par rapport aux parcelles Clutch (1,07) où une seule espèce a été récupérée. Les résultats de cette étude à long terme confirment la nécessité de méthodes alternatives pour gérer les vecteurs du GLRaV, y compris des insecticides plus compatibles avec la lutte intégrée contre les ravageurs. À cette fin, des essais de pulvérisation au champ et en serre ont été effectués

- Jose Urbez Torres, Tom Lowery, AAFC Summerland

Activité 3 - Maladies virales de la vigne et lutte contre les vecteurs viraux

  • Des échantillons de pétioles ont été prélevés en 2021 sur des vignes individuelles dans 2 des vignobles où des vignes individuelles ont été échantillonnées en 2018-2020 (Chardonnay, Vidal et Cabernet franc). Des échantillons ont été soumis au laboratoire CCOVI pour les tests de GLRV-3 et GRBV.
  • Les fruits ont été récoltés sur des vignes individuelles avec GLRaV-3, GRBV et GLRaV-3+GRBV ainsi que sur des vignes indemnes de virus sur 2 sites (Chardonnay et Pinot noir). Le rendement, le nombre de grappes, le poids par grappe et le poids moyen des baies ont été déterminés. Les solides solubles, le pH et l'acidité titrable ont été déterminés sur le jus de chaque vigne. Des micro-ferments en triple ont été réalisés avec des fruits de vignes individuelles. La cinétique de fermentation a été surveillée jusqu'à ce que la MLA soit complète. Les paramètres de qualité des vins (Brix, SO2 libre et total, acide malique, azote assimilable par les levures, acide acétique et anthocyanes et phénoliques en Pinot noir et acides hydroxycinnamiques en Chardonnay) sont en cours de détermination.
  • Des vignes infectées par GLRaV-3, GRBV et GLRaV-3+GRBV ainsi que des vignes exemptes de virus ont été échantillonnées mensuellement dans 3 vignobles (Chardonnay, Pinot noir et Vidal) à partir de novembre pour déterminer les effets des infections individuelles et combinées sur la résistance au froid des bourgeons . La vigueur de la vigne a été évaluée par des poids de taille.
  • Les cochenilles farineuses et les cochenilles ont été surveillées sur 4 sites avec du ruban adhésif double face et des comptages de troncs tout au long de la saison de croissance.
  • Une préparation mycorhizienne (BioCult) a été appliquée sur des vignes de Chardonnay avec et sans GLRaV-3. Les fruits de vignes individuelles ont été récoltés et le rendement, le nombre de grappes.
  • Déterminer l'impact des infections asymptomatiques et symptomatiques du GPGV sur le rendement et la qualité des fruits et la diversité génétique du GPGV.
  • Déterminer les vecteurs putatifs du GRBV.
  • Les insecticides homologués dans les raisins ont été évalués pour leur activité par rapport à la cicadelle du buffle.
- Justin Renkema and Wendy McFadden-Smith, AAFC Vineland and CCOVI at Brock University

Activité 4 - Évaluation des virus

Partie I : Impact des principaux virus économiques de la vigne sur les performances de la vigne et la qualité des fruits

En 2021-2022, les efforts se sont concentrés sur l'essai de virus établi dans le vignoble de recherche situé au Centre de recherche et de développement de Kentville (KRDC) fin mai 2020, qui a évalué la performance de la vigne dans le virus associé à l'enroulement de la vigne-3 (GLRaV-3) et la vigne. Plantes infectées par le virus de la tache rouge (GRBV). Cinquante-deux vignes (26 vignes infectées et 26 vignes témoins voisines), réparties sur trois cultivars (New York Muscat, Marquette et Vidal Blanc) ont été suivies. Les vignes infectées par le Muscat de New York et le Vidal Blanc avaient le virus de l'enroulement de la vigne 3 (GLRV-3) tandis que les vignes infectées par Marquette avaient le virus de la tache rouge de la vigne (GRBV). Des échantillons de vignes individuelles (4 feuilles avec pétioles intacts/vigne) ont été prélevés fin août et traités, par RT-PCR, pour confirmer le statut viral de chacune des 52 vignes. Les performances de la vigne ont consisté à surveiller la phénologie, l'architecture de la vigne (% de nœuds aveugles, % de pousses faibles, pousses de la tête, diamètre de la canne de taureau), le rendement, le brix et l'AT, la chlorophylle et les échanges gazeux et les poids de taille dormante. Toutes les vignes d'intérêt ont été inspectées toutes les semaines à toutes les deux semaines, photographiées et tous les symptômes observés ont été enregistrés. Des échantillons de raisins provenant des 52 vignes (infectées et non infectées) ont également été prélevés pour évaluer les effets de l'infection virale sur la composition chimique du raisin. Comme en 2020, le moût des raisins a été extrait puis analysé pour la composition en sucre, en acide et en volatil par HPLC et GC-MS. Les échantillons ont également été congelés à -80°C pour une évaluation ultérieure des composés phénoliques. Les résultats préliminaires ont montré une taille de baie significativement plus grande chez Vidal blanc (2020 ; p = 0,02). D'autres tendances intéressantes suggèrent un brix plus faible les deux années et pour toutes les variétés (environ 1°) ; Marquette et Vidal blanc ont montré une TA plus élevée (2021) (p = 0,06) et une chlorophylle plus faible dans Vidal blanc dans les échantillons de 2020 (p = 0,06) et Marquette en 2021 (p = 0,01). Les enquêtes commerciales de dépistage du virus dans les blocs commerciaux ont été achevées en 2020. En collaboration avec les chercheurs d'AAC-SuRDC, du CCOVI et de l'ACIA, les efforts d'AAC-KRDC se sont concentrés sur la contribution au dépistage NGS des échantillons NS existants et des cannes dormantes recueillies en février 2022. Collaborateurs provinciaux ( Perennia) a poursuivi le dépistage dans les blocs nouvellement établis en 2021 et les données ont été partagées avec D. Moreau et l'industrie de la Nouvelle-Écosse. Parmi les virus détectés, GLRaV-3 est le plus répandu, suivi de GPGV, GRBV, GLRaV-1, puis GFLV. De plus, en juin 2021, un vignoble dédié aux virus contenant deux essais distincts de virus du raisin a été installé avec succès. Cette initiative avait été précédemment retardée en raison de la pandémie. Dans le premier essai, 3 cultivars hybrides (Seyval Blanc, Marechal Foch et New York Muscat), avec et sans GLRaV-3, et le second essai avec des vignes Marquette, avec et sans GRBD, ont été établis. Les données sur les performances de la vigne ont commencé à l'automne, en examinant les niveaux de chlorophylle, et au cours de l'hiver, les poids d'élagage d'apparence et de dormance.

Des inspections hebdomadaires pour les vecteurs connus ont été menées de la fin mai à la mi-octobre 2021, dans le vignoble de recherche du KRDC et dans quatre blocs de vignobles commerciaux. D'autres sites commerciaux ont été inspectés lorsqu'ils étaient sur place. Bien qu'observée les années précédentes, la cochenille de la vigne (Pseudococcus maritimus) n'a pas été observée dans le vignoble de recherche du KRDC et reste très faible et localisée (uniquement détectée sur 2 sites commerciaux @ 475-500 GDD (mi-juillet)). Une incidence accrue de la cochenille du Fruit lecanium (Parthenolecanium corni) a été observée dans les sites commerciaux, mais n'était pas corrélée avec le statut du virus de l'enroulement. À ce jour, les chiffres ne justifient pas de pulvérisations à gérer. Le vecteur potentiel, Buffalo Treehopper (Stictocephala alta) a été couramment observé dans les balayages dans les allées. L'annélation des cannes a été observée dans les blocs avec GRBV confirmé mais les insectes n'ont pas été observés en train de se nourrir. Le risque d'augmentation de l'incidence des virus de la vigne demeure lié au matériel de pépinière infecté, puisque la pression vectorielle demeure très faible en Nouvelle-Écosse. L'accès à du matériel végétal indemne de virus doit rester une priorité majeure. Des communications sont en cours avec les viticulteurs, les spécialistes de la vulgarisation, les chercheurs et d'autres intervenants de l'industrie tout au long de la saison de croissance par le biais de mises à jour sur les ravageurs, de rapports verbaux et écrits sur les activités au Réseau canadien de certification de la vigne ASC-12 d'AAC et d'une présentation faite à l'atelier virtuel sur les pratiques exemplaires du GGANS. , GGANS AGA et le « Cool Climate Wine and Viticulture Program » du Collège communautaire de la Nouvelle-Écosse, qui comprenait des étudiants et du personnel enseignant.


Partie II : Répartition et impact des espèces d'insectes ravageurs émergents et envahissants dans le contexte de l'expansion viticole en Nouvelle-Écosse.

Objectifs:
(1) Déterminer l'incidence, la distribution et le mouvement du phylloxera
(2) Surveiller le raisin commercial pour les menaces potentielles d'insectes endémiques et envahissants en Nouvelle-Écosse.

Objectif 1 : Début mai 2021, des essais de terrain pour le phylloxéra ont été lancés. Une étude intensive de piégeage (40 pièges à godets non invasifs) a été établie dans le vignoble de recherche du KRDC pour évaluer le moment de l'émergence et du déplacement dans tout le vignoble et entre divers cultivars comprenant à la fois des hybrides et des vinifera. Les collectes de pièges bihebdomadaires pour établir le nombre d'émergences dans le sol et les galles foliaires observées étaient liées à un certain nombre de facteurs mesurés, notamment la phénologie de la vigne, les températures ambiantes et du sol, l'analyse des tissus, les mesures du NDVI, ainsi que le rendement et la qualité des fruits. L'incidence et le niveau global des infestations semblent être en augmentation, bien que nous n'ayons pas encore eu le temps de traiter toutes les données. Les observations préliminaires ont montré des captures soutenues pour les stades d'émergence du sol à la mi-juin 2021 et en corrélation avec des températures du sol> 20 ° C et un développement rapide des pousses et des inflorescences. Tout au long de la saison, les captures totales dans les pièges ont été très variables selon la variété (29 - 97 970), suggérant des différences possibles dans la préférence des ravageurs entre les variétés. Des pièges situés à côté des vignes de L'Acadie blanc ont vu un total de 29 phylloxéras du sol émerger tout au long de la saison contre 97 970 à Marquette. Des recherches continues sont nécessaires pour surveiller les implications à long terme d'un nombre élevé de ravageurs sur les performances de la vigne et si les populations locales présentent un risque pour les variétés voisines qui peuvent être moins sensibles. Des déplacements ont été observés entre les variétés dans le cadre de l'essai KRDC et on pense qu'ils sont influencés par le vent compte tenu de la direction de propagation. Comme en 2020, les températures ambiantes du sol et de l'air étaient statistiquement corrélées avec les comptages d'émergence du sol. Des températures du sol entre 21 et 25°C à une profondeur de 30 cm ont été corrélées avec les niveaux d'émergence les plus élevés. Ces températures correspondaient aux températures précédemment signalées pour la survie des nymphes (21 à 28 °C). Les températures de l'air étaient également significativement corrélées avec les dénombrements émergents mais, comme on pouvait s'y attendre, elles étaient plus variables que les températures du sol. Les observations de la phénologie de la vigne ont également été corrélées avec les comptages d'émergence du sol à l'aide d'une analyse de régression. Les stades phénologiques entourant le développement rapide des pousses et des inflorescences et le développement des baies étaient associés aux nombres d'émergence les plus élevés. Le piégeage hebdomadaire du phylloxéra (44 pièges à godets non invasifs au total sur tous les sites) a également été effectué dans quatre « blocs d'essai d'éclaircissage des feuilles » dans les vignobles commerciaux afin d'évaluer l'impact potentiel sur le nombre de formes se nourrissant de racines et de feuilles. Compte tenu du temps chaud, l'échantillonnage a été prolongé jusqu'à la fin octobre 2021, date à laquelle les pièges ont été retirés du champ. Le traitement du contenu des pièges a été achevé en février 2022 et l'analyse des données est en cours. L'incidence et le niveau global des infestations chaque année semblent être en augmentation. La plus grande menace reste pour les producteurs de systèmes de production non conventionnels, où il n'y a pas de produits de contrôle efficaces disponibles pour une utilisation sur ce ravageur. Des recherches sont nécessaires pour évaluer d'autres options de contrôle.

Objectif 2 : La surveillance d'autres espèces envahissantes et émergentes a été retardée et n'a commencé qu'en juillet en raison de problèmes imprévus en 2021. Les efforts de surveillance des vignobles commerciaux pour d'autres insectes ravageurs envahissants et émergents comprenaient l'éducation des producteurs et une sensibilisation accrue aux ravageurs potentiels et aux risques associés. . Des mises à jour écrites ont été produites et diffusées aux producteurs par l'intermédiaire de la Grape Growers Association of Nova Scotia. Un bulletin d'information détaillé a fourni aux producteurs des renseignements sur l'identification et la biologie générale du scarabée japonais envahissant (Popillia japonica) et de la tordeuse de la vigne (Paralobesia viteana Clemens). La surveillance en 2021 de la présence du scarabée japonais dans les vignobles a confirmé la propagation continue de la distribution à partir du site enregistré de première détection et d'établissement dans la province. Des discussions autour des meilleures pratiques de gestion sont en cours avec les viticulteurs. Malgré une première découverte présumée de la tordeuse de la vigne en 2020, où nous n'avons pas été en mesure de confirmer l'espèce en raison de l'intégrité compromise de l'échantillon au moment de la réception, aucun spécimen n'a été observé en 2021. Diverses tordeuses ont été collectées et élevées, la majorité identifié comme la tordeuse à bandes rouges (Argyrotaenia velutinana), un Tortricide commun en Nouvelle-Écosse. Une surprise cette année a été le nombre de drosophiles à ailes tachetées (Drosophila suzukii) et les dommages observés dans les raisins vinifera. En règle générale, cela n'a pas été considéré comme un ravageur d'intérêt pour le raisin et les dommages peuvent avoir été le résultat de plusieurs facteurs, notamment des températures chaudes et humides qui ont soutenu des populations plus élevées et des fruits (en particulier les variétés à peau plus fine… principalement vinifera) laissés pendre plus longtemps avec le favorable. Conditions d'automne. Des niveaux de pourriture aigre plus élevés que d'habitude ont été observés et peuvent avoir été affectés par les blessures causées par la ponte qui peuvent contribuer au développement de la maladie. Compte tenu de l'évolution des tendances climatiques, la drosophile à ailes tachetées doit être surveillée à partir de la véraison. Les dégâts étaient suffisants pour inciter certains producteurs à vouloir programmer des pulvérisations d'entretien, mais cela présenterait des défis autour de la récolte. Des travaux sont nécessaires pour déterminer le meilleur timitactiques de gestion. Il reste un intérêt croissant pour l'incorporation de parcelles de fleurs sauvages comme refuges pour les espèces bénéfiques, en particulier dans les systèmes de production biologique. Comme les années précédentes, des spécimens et/ou des images d'espèces nuisibles d'intérêt (et non de vecteurs) ont été régulièrement reçus par les producteurs et identifiés. Les efforts de surveillance des vignobles commerciaux comprenaient l'éducation des producteurs et des efforts pour accroître la sensibilisation aux ravageurs potentiels et aux risques associés. Les communications concernant les progrès des deux activités sont en cours avec les viticulteurs, les spécialistes de la vulgarisation, les chercheurs et d'autres intervenants de l'industrie tout au long de la saison de croissance par le biais de mises à jour sur les ravageurs, de rapports verbaux et écrits sur les activités au Réseau canadien de certification de la vigne ASC-12 d'AAC et d'une présentation faite au Atelier virtuel sur les meilleures pratiques du GGANS.

- Debra Moreau, AAFC Summerland

Activité 5 - Résistance au froid dans l'Est du Canada

La culture du raisin dans les climats froids doit relever plusieurs défis. Les dommages causés à la vigne par le froid constituent un problème important, en particulier aux limites septentrionales de la culture, où des dommages importants aux tissus du bourgeon et des tiges peuvent entraîner de graves pertes économiques. L’objectif principal de ce projet est d’améliorer les connaissances sur la résistance au froid des cépages hybrides (rustiques et semi-rustiques) et Vitis vinifera, ainsi que de proposer des méthodes permettant de réduire les dommages dus au froid dans les conditions de l’est du Canada, afin de soutenir le développement de l’industrie vinicole. Pour aider à comprendre la résistance au froid, des méthodes et des modèles d'évaluation de la résistance des bourgeons ont été développés. Le CRAM a mis en place un réseau de onze vignobles à travers le Québec afin de suivre la résistance des bourgeons au froid (LTE) durant la période hivernale et au printemps. Les cépages qui sont suivis de novembre à mai sont des hybrides rustiques, soit Frontenac, Marquette, St-Pepin, Frontenac blanc et Petite Perle, puis à partir du mois d’avril des non-rustiques sont évalués, soit Chardonnay, Vidal et Pinot noir. Trois années de suivi de LTE au Québec ont démontré qu'il existe une grande variabilité des valeurs LTE entre les vignobles et les cépages. De plus, les cépages hybrides rustiques ne semblent pas suivre une courbe standard d'acclimatation/de rusticité maximale/déclimatation qui est habituellement observée pour V. vinifera. Les LTE sont plus variables pendant l'hiver et suivent de près les variations locales de température. Plus particulièrement, la rusticité maximale n'a été atteinte qu'à la fin du mois de février.
 
Des méthodes de protection hivernale ont été mises au point pour utiliser des cépages moins résistants au froid (tendres, semi-rustiques) dans les régions nordiques. L’utilisation des toiles géotextiles pour protéger les vignes semi-rustiques et non-rustiques sont de plus en plus utilisées au Québec sans que l’on ait des connaissances spécifiques pour leur installation. Le projet évalue trois types de toiles (Hibertex 2.2 mm, Hibertex 3mm et Texel Arbo Pro) et quatre moments d’installation/retrait (installation tôt/ retrait tôt, tôt/tard, tard/tôt et tard/tard). Trois cépages sont utilisés :  Vidal, Chardonnay et Pinot noir. Les essais sont menés dans cinq vignobles à travers le Québec. Un premier site a été évalué à l'automne 2018 et les données ont été recueillies au cours de la saison 2019. Nous pouvons constater que les géotextiles influencent l'environnement sous eux, en maintenant la température autour des vignes significativement plus élevée qu'à l'extérieur, notamment par temps très froid et en présence d'une couche de neige. Les températures sous les géotextiles, le moment des stades phénologiques et les composantes du rendement n'ont pas été influencés par le type de géotextiles. Le moment de l'installation et de l'enlèvement a eu un léger impact sur le rendement et les composantes du rendement selon l'année, le site et le cultivar. Dans certaines conditions, un traitement d'installation et d'enlèvement précoce avait un nombre de grappes/vigne plus élevé que le traitement d'installation et d'enlèvement tardif. Un rendement plus élevé par vigne a également été observé dans certaines conditions sur le traitement d'installation tardive/d'enlèvement tardif par rapport au traitement d'installation tardive/d'enlèvement précoce.
 
Plusieurs pratiques de gestion peuvent moduler la résistance au froid ou l'acclimatation de la vigne, comme l'effeuillage, la fertilisation, la taille, les systèmes de formation et les porte-greffes. Les porte-greffes peuvent affecter directement la biochimie des greffons et la tolérance au gel ou peuvent affecter indirectement la tolérance au froid en agissant sur la vigueur de la vigne et l'ombre de la canopée. Les effets du greffage pour les cépages rustiques sur divers paramètres ont été suivis pendant plusieurs années. Trente combinaisons comprenant six cépages (Frontenac, Frontenac blanc, Frontenac gris, Marquette, Adalmiina, Baltica) et cinq systèmes racinaires (pied franc, 3309, Riparia Gloire, 101-14, SO4) ont été étudiées. Cette étude a démontré que les porte-greffes peuvent affecter les hybrides résistants au froid de différentes façons et certains d'entre eux ont montré un potentiel plus élevé que d'autres pour une utilisation dans les conditions de l'est de l'Amérique du Nord. Nos résultats obtenus pour Frontenac, Frontenac blanc et Marquette n'ont pas montré d'effet significatif du porte-greffe sur la survie des bourgeons, la physiologie de la vigne au printemps et pour le reste de la saison, mais la vigueur de la vigne a été affectée par le porte-greffe, où une vigueur plus faible a été observée avec Riparia Gloire. Pour les cépages connus pour avoir des carences en magnésium, comme le Frontenac, l'utilisation du porte-greffe 3309 réduit cette carence. Les porte-greffes peuvent également affecter certaines composantes du rendement et les paramètres de composition des fruits, mais l'effet de la saison de croissance (millésime) est prédominant. Les impacts significatifs du greffage sur les fruits se situent au niveau de l'appréciation du vin où des arômes plus élevés ont été notés sur les vins produits avec des raisins sur des vignes greffées par rapport aux vignes à racines propres. Les vins produits à partir de vignes à racines propres étaient les moins appréciés. Ainsi, les résultats de ce projet nous permettent de proposer l'utilisation de certains porte-greffes, comme le 3309 et le 101-14, qui sont bien adaptés aux conditions pédoclimatiques. Certains producteurs ont déjà demandé aux pépiniéristes de préparer des plantes hybrides avec ces porte-greffes. Dans les années à venir, l'utilisation de porte-greffes avec des hybrides pourrait augmenter. Les producteurs pourront utiliser les résultats de ce projet pour sélectionner le porte-greffe souhaité.

- Caroline Provost, Centre de Recherche agroalimentaire de Mirabel (CRAM)

Activité 6 - Raisin & Vin Rusticité de la Vigne

Carl Bogdanoff, le chercheur principal de l'Activité 6 a pris sa retraite le 30 juin 2021. En conséquence, les travaux de recherche sur certains objectifs se sont poursuivis sur une base limitée au cours de cette période de rapport. Ce qui suit est un résumé des recherches menées pour 2021-2022.

Objectif 1 Évaluation et modification des pratiques de conduite du vignoble.

Dans cet objectif, il y a quatre expériences de terrain pluriannuelles.

Expt 1 (planté en 2017) – Etude de huit porte-greffes sur la rusticité bourgeon et phloème du Merlot. Des données sur le rendement, la composition de base des fruits et la rusticité des bourgeons ont été recueillies au cours de la dernière saison hivernale. Les données recueillies seront tabulées, analysées et résumées plus tard ce printemps.
Expt 2 (initié en 2019) - Effets de l'irrigation réduite en début de saison sur la rusticité des bourgeons du Merlot. La deuxième année de cette grande expérience de terrain hors station a été reportée en 2020 puis terminée. Les résultats de la première année à partir de 2019 ont clairement montré que les effets négatifs des traitements d'irrigation de printemps réduits sur le rendement et la maturation l'emportaient sur le petit effet positif du traitement d'une rusticité accrue (↓ poids de la canne → ↑ rusticité des bourgeons).
Expt 3 – (lancé en 2021). Effets des traitements d'irrigation/fertirrigation sur la sénescence et la rusticité de la vigne. Cette expérimentation, avec des traitements d'irrigation/fertirrigation allant de 50% à 150% de la normale, est en bonne voie avec une deuxième année prévue pour la saison 2022 – 2023. Les dates phénologiques, les mesures de la photosynthèse, la sénescence des feuilles, la composition des baies, le rendement, le poids de la taille et les mesures de la rusticité des bourgeons ont été et continueront d'être collectés jusqu'en avril 2023. Les données de la saison dernière seront tabulées, analysées et résumées plus tard ce printemps.
Expt 4 – (lancé en 2021). Effets de la défoliation post-récolte sur la rusticité des bourgeons. Le but de cette expérience est de simuler un événement précoce de gelée dure et d'explorer son effet sur la rusticité des bourgeons. En utilisant des vignes de garde 100% irriguées/fertiguées de l'Expt 3, des mesures de rusticité des bourgeons ont été effectuées sur des vignes naturellement sénescentes (témoins) et effeuillées. Une deuxième année est prévue pour 2022 - 2023. Les données de la dernière saison seront tabulées, analysées et résumées plus tard ce printemps.

Objectif 2 Affichage régulier des mesures de rusticité des bourgeons variétaux et développement de modèles prédictifs de rusticité des bourgeons.

Des mesures de la rusticité des bourgeons variétaux de 72 sites viticoles de la vallée de l'Okanagan ont été et continuent d'être effectuées toutes les deux semaines de la fin octobre au début avril. Ces données sont envoyées au BCWGC, au BCGA et aux producteurs locaux, et sont utilisées pour vérifier et améliorer les modèles prédictifs de rusticité des bourgeons qui ont été développés pour huit cultivars largement cultivés. Les résultats de ces modèles, une comparaison des valeurs de rusticité des bourgeons mesurées et des valeurs de rusticité des bourgeons prédites par le modèle, sont également publiés dans un bulletin toutes les deux semaines. Les valeurs R-carré moyennes combinées globales de la rusticité prédite par rapport à la rusticité mesurée au cours des 10 dernières années pour chaque cultivar continuent d'être supérieures à 97 %. Le travail de développement d'un tableau de bord en ligne pour permettre aux producteurs d'accéder quotidiennement à la rusticité prévue se poursuit avec le Dr Wolkovich de l'UBC. Les données sur la rusticité des bourgeons pour le Chardonnay cultivé près de Vineland en Ontario se sont poursuivies, mais n'ont pas encore été évaluées et intégrées au modèle actuel de rusticité des bourgeons de l'Ontario.

Objectif 3 L'étude de la rusticité du phloème de la vigne.

La plupart des buts proposés pour cet objectif ont été atteints. Un bulletin a été rédigé et un rapport final est attendu l'année prochaine.

Objectif 4 L'étude de la rusticité des racines de la vigne.

La plupart des buts proposés pour cet objectif ont également été atteints. Un rapport final est attendu l'année prochaine.

Objectif 5 L'examen des maladies de la vigne et des nouvelles pratiques de gestion du vignoble sur la résistance à l'hiver.

La rusticité des bourgeons continue d'être mesurée trois fois de la fin de l'automne au début du printemps pour toutes les expériences sur le terrain en cours dans les activités 2, 6, 11, 21 et 22.

Objectif 6 Recenser les vignobles locaux pour développer de nouveaux clones variétaux résistants à l'hiver.

Il y a deux pistes d'enquête dans cet objectif : 1) est d'enquêter sur les vignobles locaux au printemps pour les vignes survivantes après un hiver rigoureux (à la fin décembre 2021, les températures dans la région de Kelowna et au nord sont tombées en dessous de -27 °C. Des dommages causés par le gel aux vignobles sont attendus , et les vignes survivantes doivent être identifiées et étiquetées ce printemps.) et 2) identifier les vignes dont la rusticité est supérieure et inférieure à la moyenne à partir d'un essai sur le terrain de longue durée pour voir s'il est possible de sélectionner et de propager le caractère de rusticité (Sélections et propagation des vignes doit être fait ce printemps).


- Carl Bogdanoff, AAFC Summerland

Activité 7 - Évaluation de la vigne et programme de rusticité

Crédit 1 : AAC Kentville

Objectif 3 – L'enquête sur la rusticité des bourgeons continue d'être un programme populaire en Nouvelle-Écosse. Les rapports sont distribués toutes les deux semaines aux membres locaux de la Grape Growers’ Association of Nova Scotia (GGANS) pendant la saison de dormance (novembre à avril) et sont également affichés, tels qu’ils ont été générés, sur les sites Web du CGCN et de Perennia (une agence provinciale de développement agricole). Ni la fin de la campagne 2020/2021 (c'est-à-dire avril 2021) ni la campagne 2021/2022 n'ont été impactées par la pandémie de covid.

Objectif 4 – L'enquête sur la viabilité des bourgeons s'est poursuivie pendant une autre année. Cette enquête a de nouveau capturé le résultat d'un autre événement de gel profond hivernal; le précédent événement de ce type s'est produit le 15 février 2020. Le 22 janvier 2022, certains sites inclus dans l'enquête sur la rusticité des bourgeons de la Nouvelle-Écosse ont vu la température chuter en dessous de -25 °C. Cela a conduit à une mortalité quasi complète des bourgeons chez les variétés vinifera sur les sites les plus froids. Le cultivar hybride moins rustique L'Acadie a également été touché, avec jusqu'à 50 % de mortalité au site le plus froid. Les vignes de Pinot Noir n'ont pas été fortement impactées par l'événement, non pas à cause de leur rusticité, mais parce que l'enquête ne contient que quelques sites et que ceux-ci se trouvaient sur les sites les plus chauds. Le cultivar Marquette a été le moins impacté tout en étant situé sur deux des sites les plus froids. Ses niveaux de rusticité élevés se sont traduits par des dégâts minimes sur les bourgeons. Les travaux se sont poursuivis sur l'étude d'autres facteurs en dehors des valeurs LTE. La teneur en humidité des bourgeons ainsi que les hauteurs maximales ont continué à être surveillées et seront analysées au cours de la dernière année. De plus, plus de 600 niveaux de glucides provenant d'échantillons collectés au cours des 3 dernières années de travail d'enquête, ainsi que d'essais ciblés, ont été traités et mesurés via HPLC. Un essai d'équilibre de la vigne était l'un de ces essais ciblés : à Marquette et à L'Acadie, un essai à deux facteurs a examiné les cordons simples et doubles et les vignes éclaircies par rapport aux témoins. Les charges de récolte variaient de 2 à 8 tonnes/acre à L'Acadie et de 1 à 3 tonnes/acre à Marquette. Des différences de nutriments ont été trouvées dans les pétioles à la véraison, mais n'étaient que subtiles dans les tissus de canne ; les teneurs en glucides étaient les plus faibles dans les traitements éclaircis en cordon unique, peut-être en raison d'une vigueur plus élevée, mais les niveaux de rusticité ont été peu touchés. Dans un essai similaire examinant l'impact du moment de la récolte précoce par rapport au moment de la récolte tardive des raisins Riesling et Vidal, les niveaux de rusticité des glucides et des bourgeons étaient significativement plus élevés dans les vignes récoltées tôt. Les vignes récoltées tôt avaient également des niveaux de potassium plus élevés dans les pétioles des feuilles et ont commencé à changer de couleur et à tomber avant les vignes récoltées tardivement. Enfin, deux rapports, outre les rapports sur la rusticité des bourgeons, ont été publiés en 2021-2022 : l'un examinait les changements climatiques en Nouvelle-Écosse et l'impact prévu sur le risque de gel, l'autre examinait la fréquence des événements post-gel et les résultats d'un essai de taille après surgélation. Les deux rapports sont disponibles sur le site Web du CGCN et sont en train d'être développés en manuscrits pour publication.

Objectif 5 - Des clones de Chardonnay ont de nouveau été commandés et devraient provisoirement être plantés sur un site collaborateur de producteurs en 2022.


Crédit 10 : CCOVI, Université Brock

Objectif 1 :

1. Acquérir une compréhension approfondie des combinaisons greffon-porte-greffe pour optimiser les performances de la vigne en termes de production, de tolérance au froid et de qualité fruit/vin en utilisant du matériel de pépinière certifié. (Vote 10)
Le projet rattrape son retard et respecte le calendrier après quelques retards dus à l'approvisionnement en matériel végétal pour les vignobles expérimentaux clone x porte-greffe et aux problèmes liés au COVID 19. Nous avons continué à surveiller les vignes expérimentales pour les principaux virus de la vigne. Certaines vignes ont été enlevées en raison de tests positifs pour l'infection virale. Un vignoble fait l'objet d'une surveillance étroite car l'infection par la tache rouge semble se propager via un vecteur inconnu. Nous prévoyons de travailler avec le virologue du CCOVI, le Dr Poojari, qui est impliqué dans une autre activité de cluster sur la transmission du vecteur de la tache rouge et de réaliser certaines études dans ce bloc. Nous avons remplacé certaines vignes qui manquaient mais qui devront probablement être remplacées en 2022. Nous avons commencé à collecter des données sur la performance des vignes et la composition des fruits pour les combinaisons de cultivars plantées en 2018 et commençant à porter leurs fruits.


3 étudiants en thèse de premier cycle (C. Findlater, T. Chang, A. Szarek) travaillent actuellement sur des études clone x porte-greffe. Les données de récolte et de rusticité ont été recueillies pour le Chardonnay, le Pinot noir et le Merlot au vignoble de Shenck où les vignes ont été trouvées exemptes de virus et portant des fruits. Les vignes de recherche ont été récoltées à l'automne 2021 et les composantes du rendement (nombre de grappes, rendement/vigne, poids des baies, poids des grappes) ont été prises pour différentes combinaisons clone x porte-greffe. Les évaluations de la résistance au froid de ces combinaisons ont été prises de novembre à avril. La composition des fruits est en cours d'analyse pour ces cultivars. Les résultats préliminaires indiquent que le clone et le porte-greffe peuvent avoir un impact sur la performance de la vigne et la composition des fruits. Par conséquent, la composition des fruits et/ou le froid la tolérance peut être optimisée par la sélection de clones ou de porte-greffes en Ontario. Cependant, les données recueillies sur les jeunes vignes à la 4e feuille des vignobles expérimentaux ont tendance à avoir une variabilité plus élevée que les vignobles commerciaux matures existants. Par conséquent, plus d'années de données sont nécessaires pour faire des recommandations appropriées à l'industrie à ce stade.

Nous terminons la dernière année de la recherche menée à l'aide de Cabernet franc d'un vignoble commercial situé à Beamsville, ON Canada. Cette recherche a été menée par l'étudiante à la maîtrise, Linxue Zhang, qui vient de défendre sa thèse (Zhang 2022). Quatre combinaisons clone × porte-greffe (214/101‐14, 327/101‐14, 327/3309, 327/Riparia Gloire) ont été utilisées pour l'étude. L'analyse thermique différentielle (ATD) a été utilisée pour mesurer la résistance au froid dans cette étude. Des évaluations de la résistance au froid ont été effectuées toutes les 3 semaines tout au long de la période de dormance afin de déterminer comment les différents matériaux de Cabernet franc se sont comportés tout au long des différentes étapes de la dormance. Des portions de canne à 5 bourgeons ont été échantillonnées à partir de chaque unité expérimentale/clone × porte-greffe et des échantillons ont été préparés, et la résistance au froid a été évaluée à l'aide de l'analyse thermique différentielle. BudProcessor (Version 1.7.2; Brock University, St. Catharines, ON) a été utilisé pour traiter et interpréter les données LTE et la résistance au froid a été calculée comme LT50 ou médiane des données LTE/échantillon. La distribution normale des données a été évaluée, suivie d'une analyse de la variance (ANOVA) à l'aide du progiciel statistique XLSTAT pour identifier la signification de LT50 entre trois porte-greffes différents, entre deux clones et entre quatre combinaisons pour chaque date d'échantillonnage pendant l'hiver.

L'effet des clones, des porte-greffes et de leurs combinaisons sur la résistance au froid a été évalué pour les périodes de dormance 2018-19, 2019-20 et 2020-21. Les clones de Cabernet franc différaient en ce qui concerne les taux d'acclimatation et de désacclimatation, y compris la rusticité maximale (voir la figure 1 ci-dessous). Le clone 327 avait une plus grande tolérance maximale au froid mais était légèrement moins rustique plus tard en dormance. La sélection des porte-greffes a eu un impact sur l'acclimatation au froid, la rusticité maximale et la désacclimatation au froid lorsqu'ils ont été greffés sur le clone 327 de Cabernet franc. 101‐14 vignes se sont acclimatées le plus rapidement et avaient la plus grande résistance au froid. Le cabernet franc clone 327 greffé sur C3309 était moins tolérant au froid que le 101‐14 et le Riparia Gloire pendant une grande partie de la période de dormance. Dans certains cas, les tendances de rusticité n'étaient pas constantes à certaines périodes d'échantillonnage. Cela démontre la nature complexe des interactions clone × porte-greffe ainsi que la résistance au froid × les conditions environnementales. La chimie primaire des fruits doit encore être analysée pour 2021, mais nous avons trouvé des différences dans les performances de la vigne pour les différentes combinaisons clone x porte-greffe de C. franc sur plusieurs années. Le clone et/ou le porte-greffe peuvent avoir un impact sur le rendement, la vigueur/la taille de la vigne et la charge de récolte. En 2021, les clones de Merlot ont eu un impact sur certaines composantes du rendement, mais la composition des fruits n'a pas beaucoup varié entre les combinaisons de clones ou de porte-greffes. La rusticité était influencée par le clone et le porte-greffe où certaines combinaisons étaient plus résistantes de 1 à 2 °C à certaines dates d'échantillonnage, mais ces données n'étaient pas statiquement significatives. Les données Chardonnay et Pinot noir pour 2021 sont toujours en cours d'analyse au moment de ce rapport.

Objectif 2 :

Nous avons étudié les effets de différents génotypes de vigne, y compris différents cultivars, clones et combinaisons de porte-greffes, et mis en relation les différences de résistance au froid avec les changements dans les métabolites et l'expression des gènes. Pour le Cabernet franc, les protéines de déshydrine ont également été mesurées tout au long de la dormance pour toutes les combinaisons clone x porte-greffe. Aucune relation claire n'a été trouvée avec l'augmentation de la résistance au froid des combinaisons clone x porte-greffe et des déshydrines. Les températures pendant la période de dormance ont eu un impact sur les changements de déshydrine. Les niveaux de déshydrine ont augmenté après des températures plus froides et n'étaient pas nécessairement corrélés à une plus grande tolérance au froid, mais ont augmenté après des températures plus froides. Nous avons constaté que dans les vignes résistantes au froid de Vitis vinifera telles que le Cabernet franc et le Riesling, il existe une faible corrélation avec la rusticité d'un clone et les niveaux de déshydrine. Cependant, les V. vinifera sensibles au froid comme le Sauvignon blanc ont de bonnes corrélations entre la tolérance au froid et les niveaux de déshydrine (Hébert-Haché et al. 2021). Nous avons également découvert, grâce à certaines de nos études actuelles sur l'expression génique x la rusticité, que certains gènes de résistance au froid associés aux déshydrines avaient une expression plus élevée à certains moments pendant la dormance et se sont avérés améliorer la résistance des cultivars de V. vinifera et avec l'application d'analogues de l'acide abscissique. Ceci fait actuellement l'objet d'études supplémentaires avec des études d'expression génique supplémentaires et des recherches supplémentaires pour comprendre les changements biochimiques associés aux réponses de résistance au froid et pour élucider davantage les interactions cultivar x clone x porte-greffe.

Candidat à la maîtrise, Alexandra Gunn a participé à des études sur la résistance au froid et à l'ABA. Nos recherches continuent d'indiquer que l'application post-récolte d'ABA et d'analogues d'ABA peut améliorent également la résistance au froid des vignes (Bowen et al 2016, Dami et al 2015, Willwerth et Abrams 2018). Cependant, cela dépendait non seulement de la formulation de l'ABA, mais également de la concentration et du moment de l'application, et les formulations les plus prometteuses étaient les analogues de l'ABA. Cependant, il a été noté qu'en 2020, nous n'avons pas trouvé le même degré de maintien de la dormance et de retard dans la désacclimatation au froid/le débourrement que les années précédentes. Cela semble être un effet étrange de la variabilité saisonnière des mois d'hiver. Les résultats préliminaires en 2021 indiquent que nous ABA et ses analogues améliorons la tolérance au froid comme dans les autres années des études. Les données de 2021 confirment davantage ces résultats dans plusieurs cultivars, y compris les hybrides résistants au froid (Marquette), le V. vinifera rustique (Riesling, Chardonnay) ainsi que le V. vinifera froid tendre (Merlot), en particulier en ce qui concerne le maintien de la rusticité pendant la désacclimatation phase. Par conséquent, les applications de ces molécules peuvent conduire à une amélioration de la rusticité tout au long de la dormance et réduire la susceptibilité de la vigne à perdre sa rusticité plus tard en dormance. Cela peut être très bénéfique en termes d'atténuation des effets des fluctuations de température qui se produisent couramment pendant les hivers canadiens et pour une plus grande tolérance au gel pour les cultivars tendres de V. vinifera ou les variétés très sensibles à la désacclimatation par le froid telles que les variétés à base de V. riparia telles que Marquette.

Le profilage hormonal de nos dernières recherches indique que les concentrations d'ABA dans les bourgeons étaient plus élevées dans les vignes traitées qui avaient une plus grande tolérance au froid pendant la période de désacclimatation. Nous élucidons maintenant les effets des traitements analogues de l'ABA au niveau moléculaire, grâce à un financement de soutien supplémentaire de l'OGWRI, en ciblant les gènes clés à suivre et à analyser pendant les périodes clés des phases d'acclimatation, de désacclimatation et de réacclimatation au froid. Les gènes ciblés seront basés sur notre compréhension actuelle de la tolérance au froid des vignes et des principaux métabolites liés à la résistance au froid. Les données préliminaires suggèrent qu'il peut y avoir des réponses et des voies uniques au raisin, y compris des gènes liés à la résistance au froid tels que le facteur de liaison C-repeat et les gènes ICE et ceux associés aux déshydrines, aux aquaporines, à l'amidon et à d'autres métabolismes glucidiques (c'est-à-dire le raffinose) à titre d'exemples. Nous avons également observé que différents cultivars tels que le Riesling et le Merlot ont des changements différents dans l'expression des gènes liés à la tolérance au froid et aux applications d'ABA. Ceux-ci peuvent potentiellement être un domaine de recherche qui démontre que les génotypes sont uniques dans leur capacité non seulement à acquérir une rusticité maximale, mais également dans les mécanismes impliqués lors du processus d'acclimatation et de désacclimatation au froid, y compris le rôle de l'ABA lui-même. Ce domaine de recherche doit être davantage élucidé à travers cet objectif d'activité de cluster et les recherches futures.


- Harrison Wright and Jim Willwerth, AAFC Kentville and CCOVI at Brock University

Activité 8 - Gestion de la canopée pour réduire la pression de la maladie

En 2021, nous avons réalisé la deuxième année des essais débutés en 2020. En bref, les essais ont été réalisés dans deux vignobles commerciaux dans des parcelles plantées avec les cépages Vidal blanc (hybride) et Seyval blanc (hybride). Les pratiques de gestion des zones fruitières ont été évaluées pour leur effet sur le mildiou dans les parcelles plantées avec le Vidal blanc et sur l'oïdium et la pourriture des grappes causée par Botrytis dans les parcelles plantées avec le Seyval blanc. Sur les deux sites et pour les deux cépages, cinq pratiques d'effeuillage autour de la zone des grappes ont été appliquées : 1) un côté du rang à la nouaison (nouaison; stade 27); 2) deux côtés du rang à la nouaison (nouaison; stade 27); 3) un côté du rang à la véraison (stade 35); 4) deux côtés du rang à la véraison (stade 35); 5) pas d'effeuillage (témoin). Le microclimat (température, humidité relative, humidité des feuilles, rayonnement solaire, vitesse du vent) a été suivi dans la zone fruitière et la pénétration des fongicides a été mesurée avec du papier hydrosensible. Le mildiou et l'oïdium ont été évalués chaque semaine sur les feuilles et à la récolte sur les grappes, tandis que la pourriture des grappes causée par Botrytis a été évaluée uniquement à la récolte sur les grappes. La pression de la maladie (inoculum aérien de l'agent pathogène) a été surveillée à l'aide d'échantillonneurs à bras rotatif. Le nombre de spores de P. viticola, E. necator et B. cinerea par période d'échantillonnage a été déterminé à l'aide d'un test qPCR développé précédemment. Le rendement a été évalué en fonction du % de sévérité de la maladie, du poids des grappes et du brix. L'influence des traitements foliaires sur les différentes variables a été analysée par ANOVA. En 2021, nous avons mené la première année de l'étude pour évaluer la contribution de l'effeuillage dans la zone fructifère pour le contrôle des principales maladies de la vigne en climat nordique. L'essai a été mené sur deux sites plantés de cultivars de raisin Vidal et Seyval blanc. Les unités expérimentales étaient composées de 5 rangées de 30 m de long et l'installation comprenait trois réplications par traitement. Au total, 6 schémas d'application de fongicides ont été évalués en fonction du nombre d'applications de fongicides et des rendements en termes de quantité (poids des grappes) et de qualité (% de maladie et brix). Les schémas d'application de fongicides suivants ont été évalués : 1) un schéma basé sur le calendrier, avec des fongicides appliqués à des moments prédéfinis; 2) un schéma basé sur le calendrier avec un effeuillage à la nouaison des deux côtés des rangs; 3) un schéma basé sur le risque de maladie avec des risques de maladie estimés en fonction du stade phénologique (réceptivité de la vigne) et des conditions météorologiques dans le vignoble; 4) un schéma basé sur le risque de maladie avec des risques de maladie estimés comme dans le traitement 3 avec un effeuillage à la nouaison des deux côtés des rangs; 5) un schéma basé sur le risque de maladie avec des risques de maladie estimés en fonction du stade phénologique et des conditions météorologiques (microclimat) dans la canopée (zone des grappes) avec un effeuillage à la nouaison des deux côtés des rangs; 6) un contrôle sans application de fongicides. Dans toutes les parcelles avec effeuillage, l'effeuillage a été répété environ 3-4 semaines après le premier effeuillage effectué à la nouaison afin d'éviter la compensation de la vigne.

En conclusion pour 2021, l'effeuillage dans la zone des grappes comme méthode de lutte contre les principales maladies de la vigne n'a pas permis à lui seul de réduire significativement le développement des maladies ainsi que les pertes de rendement en termes de quantité et de qualité. Cependant, lorsque l'effeuillage a été associé à des outils d'estimation des risques de maladies, notamment lorsque les risques ont été estimés à partir des conditions météorologiques du microclimat (zone des grappes), cette pratique a permis de réduire significativement le nombre de traitements fongicides tout en maintenant les rendements. Les résultats obtenus en 2021 tendent à démontrer l'importance de la lutte intégrée et l'effet de méthodes qui, seules, ne permettent pas un contrôle acceptable mais qui, combinées, permettent d'atteindre un niveau de contrôle acceptable tout en réduisant l'utilisation de fongicides de synthèse.

- Odile Carisse et Caroline Provost, AAFC CRDH et Centre de Recherche agroalimentaire de Mirabel (CRAM)

Activité 9 -  Optimisation de la production de raisin dans l'Est du Canada

Notre activité porte sur (i) la compréhension de l'impact de la température sur la maturation des baies dans le contexte du réchauffement climatique et (ii) la compréhension de la relation entre terroir, maturation des baies et composition chimique du vin.

Nos résultats sur l'impact de la température sur le profil aromatique des baies ouvrent la porte à une meilleure compréhension des pratiques culturales utilisées par les producteurs. Une analyse approfondie de nos données a montré que l'exposition précoce des baies à la température et/ou aux rayons UV peut affecter considérablement le profil d'arôme libre et lié dans les baies. Jusqu'à présent, les premiers stades de développement étaient largement négligés en ce qui concerne leur impact sur l'arôme des baies. Avec nos travaux nous avons montré qu'ils sont d'une importance primordiale pour la qualité des baies à la récolte ; ainsi, l'impact du développement des baies avant la maturation est durable et peut à peine être récupéré lors de la véraison. Cette découverte, à notre avis, est importante car elle affectera la façon dont les viticulteurs conduisent les opérations viticoles en début de saison.

Plus intéressant, et cela rejoint les résultats de la deuxième sous-activité, nos résultats actuels sur la relation entre les modèles d'accumulation de GDD (saison longue et tempérée vs saison plus courte mais plus chaude) dans L'Acadie blanc semblent pointer dans la même direction que nos résultats de l'expérience en serre, car il semble qu'une saison plus chaude a favorisé l'accumulation de phénols volatils dans les baies (récoltées à l'île d'Orléans) comparativement à la saison plus fraîche vécue en Nouvelle-Écosse. Il s'agit d'une découverte importante lorsqu'il s'agit de comprendre le terroir et d'optimiser la relation entre le terroir et les cépages, une mise au point très nécessaire dans la viticulture en climat froid.

- Karine Pedneault, Université Sainte-Anne

Activité 10 - Stratégies de gestion de l'eau et des nutriments pour la vigne et produits naturels favorisant la santé

L'expérience a été exécutée au cours de la saison 2021 et tous les objectifs ont été atteints.

Points forts:

1. Le thé de lombricompost et l'extrait d'algues offrent certains avantages sans rendement;

2. Bihebdomadaire (8 applications) de 1:12,5 lombricompost/eau de juin à fin août fournissent une bonne couverture sur les feuilles de vigne. Ces pulvérisations fournissent une gamme légère de N et des preuves de protection contre l'oïdium sont observées ;

3. 6 applications de 2,5 L/ha d'extrait d'algues (Stella Maris) à EL 12, 15, 18, 29, 35, 41 et 2 applications au sol à EL 12 et 15 peuvent apporter certains avantages ;

4. Le lombricompost est une excellente source de N et un taux modéré de 14 tonnes/ha undevine fournit suffisamment de N à la vigne pendant la saison de croissance (> 10 % de libération) avec un faible risque d'excès de N et de pertes dans l'environnement.

- Mehdi Sharifi and Francisco Diez, AAFC Summerland and Perennia Agriculture and Food Inc. 

Activité 11 - Gestion de l'azote du raisin et du vin

Au cours de la troisième année d'essais sur le terrain, la collecte d'échantillons et l'analyse chimique ont été réalisées pour deux expériences d'application d'azote sur des vignes de Pinot gris et de Cabernet Sauvignon afin d'évaluer l'absorption de N par des pulvérisations d'urée foliaire. Les résultats indiquent une augmentation significative de l'azote assimilable par les levures de baies avec des traitements foliaires et des effets minimes sur la vigueur de la vigne et la composition de base des fruits pour les trois années. Ces résultats positifs indiquent que l'application foliaire d'urée peut être utilisée avec succès pour améliorer la qualité du raisin et du vin. Les vins ont été élaborés à partir des essais sur le terrain et feront l'objet d'une analyse sensorielle lorsque cela deviendra possible. Les essais sensoriels de 2020 à aujourd'hui ont été suspendus en raison du COVID et de la logistique de la réalisation d'essais avec l'industrie compte tenu des contraintes que nous devons observer.

Le statut N de la vigne et l'imagerie spectrale des feuilles ont été mesurés dans les essais d'application de N et sont utilisés pour l'étalonnage des relations entre la température de la canopée de la vigne, les spectres réfléchis et le statut N menés pour les données des années 1 à 4. En raison de la fumée locale, des vols d'imagerie aérienne ont été réduits à la collecte d'images à l'automne seulement. Nous analysons actuellement des données pour développer, ajuster et affiner des modèles prédictifs du statut azoté de la vigne.

Un nouvel instrument d'analyse chimique (électrophorèse capillaire) a été testé avec succès pour la détection rapide d'acides aminés, d'acides organiques, d'anions et de cations. Bien que cela ne faisait pas partie des objectifs, nous allons maintenant pouvoir l'utiliser pour certaines analyses.

- Kevin Usher, AAFC Summerland

Activité 12 - TanninAlert : améliorer la qualité des vins rouges et l'acceptation des consommateurs

Au cours de la dernière décennie, la popularité croissante des vins rouges a stimulé la croissance du marché de consommation en Ontario et au Canada. Le vin rouge, tant étranger que canadien, représente 53 % (4,17 milliards de dollars) des 7,85 milliards de dollars de ventes de vin au Canada en 2020 (Statista, 2021). Cependant, les importations étrangères dominent toujours le marché du vin rouge, représentant 73 % (3,04 milliards de dollars) du vin rouge vendu au Canada (4,17 milliards de dollars) en 2020 (Statista 2021). Des tendances similaires sont signalées en Ontario. Compte tenu de la tendance générale à l'augmentation de la consommation de vin rouge en Ontario et au Canada, il existe une formidable opportunité de croissance intérieure des ventes et de la production de vin rouge. Les initiatives stratégiques axées sur le développement d'innovations de produits et de procédés pour améliorer la qualité sont la clé pour répondre aux demandes des consommateurs et à la croissance subséquente de l'industrie.

L'objectif principal du projet global Tannin est d'améliorer la qualité du vin rouge de l'Ontario en veillant à ce que la maturité phénolique du raisin soit intégrée aux décisions de récolte. Les tanins sont l'un des composants les plus déterminants de la qualité du vin rouge. Comprendre comment gérer au mieux les techniques de vinification basées sur les valeurs tanniques du fruit sont des étapes importantes vers l'amélioration de la qualité du vin rouge. Ce projet développe un outil unique d'œnologie de précision pour les viticulteurs qui mesure la maturation des raisins rouges en fonction du développement des tanins, plus précisément « TanninAlert ». L'outil analyse la concentration de tanin dans les peaux et les pépins, séparément, pour les raisins rouges afin d'évaluer les niveaux phénoliques dans ces raisins. Les valeurs sont comparées aux mesures de tanin des raisins rouges de l'Ontario récoltés au cours des sept dernières années et disponibles dans une base de données sur le tanin de la peau et des pépins. Des directives de vinification en rouge basées sur les concentrations de tanin seront également disponibles dans la base de données TanninAlert.

Au cours de la dernière année, les valeurs de tanin de la peau et des pépins pendant la maturation et à la récolte en 2021 ont été déterminées pour le Pinot noir, le Cabernet franc, le Cabernet sauvignon, le Merlot, la Syrah, le Gamay pour être ajoutées à la base de données TanninAlert. Des histogrammes de la distribution des tanins sont disponibles pour le pinot noir, le cabernet franc et le cabernet sauvignon avec sept années de données de 2015 à 2021, de sorte que les plages de tanins de peau et de pépins faibles, moyens et élevés ont été déterminées sur la base des 33e et 66e centiles de la Distribution. Des années supplémentaires de collecte de données sont nécessaires pour le Merlot, la Syrah et le Gamay pour établir leur distribution d'histogramme en raison du nombre inférieur de sites échantillonnés par rapport aux trois autres cépages rouges.

Les techniques de gestion du tanin pour la vinification en 2021 pour le merlot, la syrah et le gamay ont été déterminées en fonction des niveaux variables de tanin de peau et de pépins mesurés pour chaque variété. Pour Merlot, nous avons eu l'occasion de tester un système mobile de flash détente en même temps que l'industrie à Niagara pour deux traitements, avec Flash Détente par rapport à sans flash Détente. L'évolution ultérieure des tanins a ensuite été suivie pour les vins élaborés avec 0 % Flash Détente, 30 % Flash Détente, 70 % Flash Détente et 100 % Flash Détente. Pour la Syrah, un ajout de tanin liquide pour maintenir le tanin dans le vin a été testé après la fermentation et la post-filtration par rapport à un vin témoin sans ajout de tanin liquide. Pour le Gamay, différents niveaux de grappes entières ont été inclus dans la fermentation à 25 %, 50 % ou 75 % par rapport au témoin à zéro grappe entière, et l'évolution des tanins a été suivie. L'analyse chimique du jus a été complétée au moment de la fermentation et l'analyse des vins est presque terminée. Les vins ont été sulfités et mis en bouteille. La stabilité des tanins a été contrôlée après la fermentation et sera testée à 6 mois. Les vins de syrah montrent une augmentation des tanins extractibles après l'ajout de tanins liquides après la fermentation, mais les ajouts après la filtration n'ont pas encore été mesurés. Les vins de Merlot montrent également une montée en tanin avec le traitement Flash Détente. Le tanin extractible a augmenté avec le pourcentage plus élevé de vin fait avec des fruits traités Flash Détente. Les tanins extractibles dans les vins de Gamay étaient inférieurs au niveau détectable dans les vins utilisant le dosage MCP.

En raison des restrictions liées au COVID 19, aucun test sensoriel ou de consommation n'a pu être effectué en 2021 sur les vins 2019 et 2020 de Cabernet franc, Cabernet sauvignon, Pinot noir, Gamay, Syrah et Merlot en raison des restrictions universitaires concernant la transmission par aérosol du COVID 19.

La base de données TanninAlert continue d'être élargie avec des données sur le tanin de la peau et des graines pour chaque année et pour chaque variété. Deux vignerons ont testé le système de mesure des tanins de peau et de pépins pour TanninAlert en 2021 pour le Cabernet franc (Cave Spring Vineyards) et le Cabernet Sauvignon (Chateau des Charmes). Un lancement de TanninAlert est prévu à la fin de l'été/automne 2022 pour le Pinot noir, le Cabernet sauvignon et le Cabernet franc.

- Debra Inglis, CCOVI at Brock University

Activité 13 - Améliorer la qualité du vin grâce à une fermentation mixte et séquentielle avec des levures indigènes

La vinification est une industrie en plein essor en Nouvelle-Écosse, avec de nombreuses nouvelles possibilités de créer des produits régionaux distinctifs. Alors que les levures commerciales sont généralement ajoutées au jus de raisin pour induire la fermentation du vin, de nombreuses levures indigènes résident naturellement sur les peaux de raisin et peuvent sensiblement influencer la saveur du vin (le «terroir microbien»). Il y a donc un intérêt récent pour les fermentations naturelles, ou spontanées, qui renoncent à l'ajout de levure commerciale et s'appuient sur des levures indigènes pour produire des vins plus représentatifs de la région locale. Bien qu'un manque de contrôle sur le produit final rend les fermentations naturelles quelque peu risquées, cela peut être réduit en utilisant à la fois des levures indigènes et commerciales simultanément (fermentation mixte), ou en laissant les levures indigènes fermenter initialement, puis par la levure commerciale pour assurer l'achèvement de la fermentation. le processus (fermentation séquentielle).
Ce projet vise à 1) documenter et caractériser les levures indigènes dans les vignobles de la Nouvelle-Écosse, 2) déterminer leur influence sur la qualité du vin, seul ou en combinaison avec de la levure commerciale, et 3) cultiver et stocker des souches de levure indigènes prometteuses pour produire des cultures de démarrage mixtes qui peut offrir les avantages des levures indigènes sans les risques de fermentations entièrement naturelles.
Des fermentations naturelles utilisant des moûts de raisin de plusieurs vignobles de Nouvelle-Écosse ont été réalisées, dont la teneur en sucres résiduels, en éthanol, en glycérol et en certains composés phénoliques variait considérablement. Il a été confirmé que les levures non-Saccharomyces étaient actives au début de la fermentation, mais diminuaient avec la fermentation en cours. Les levures natives ont été identifiées par séquençage d'ADN et caractérisées en ce qui concerne leurs propriétés fermentatives. Des colorants de levure Saccharomyces et non-Saccharomyces prometteurs ont été sélectionnés pour des essais de fermentation. La saveur et l'arôme des produits des fermentations naturelles ont également été évalués par un panel de vins afin de lier la qualité des produits finaux à l'apparition d'assemblages spécifiques de levures indigènes.
Le séquençage à haut débit a révélé une diminution de la diversité fongique après la fermentation. Certaines espèces fongiques dominantes dans les moûts pré-fermentés ont été remplacées par des espèces Saccharomyces lors de fermentations spontanées réussies. Les vignobles abritent des communautés diverses et distinctes de levures fermentatives, y compris des espèces de Saccharomyces, qui peuvent être des souches de levure commerciales ou indigènes. Une approche de test à domicile a été utilisée pour effectuer une évaluation sensorielle de dix-huit échantillons fermentés. Les notes moyennes de goût global allaient de 3,25 à 7,25 sur 9. Certains échantillons ont été décrits comme très sucrés avec des arômes fruités de réglisse, indiquant que peu ou pas de fermentation avait eu lieu alors que les sédiments visibles au fond de certains récipients d'échantillons, indiquaient que les échantillons étaient encore en fermentation. Dans l'ensemble, les termes les plus fréquemment utilisés pour décrire les échantillons étaient aigre-faible et sucré-faible. Les futures études d'évaluation sensorielle chercheront à engager les vignerons en tant que panélistes potentiels.
Les résultats de cette recherche permettront aux vignerons locaux de commencer à utiliser les levures indigènes trouvées dans leurs vignobles pour créer des vins distinctifs aux qualités reflétant la région viticole de la Nouvelle-Écosse.

- Lihua Fan, Gavin Kernaghan, AAFC Kentville and Mount Saint Vincent University

Activité 14 - Amélioration de la qualité des vins mousseux et tranquilles : prévention de l'acidité volatile élevée, du mauvais goût du miel et d'autres défauts grâce aux isolats de levure canadiens

Dans les vins, une quantité limitée d'arôme «doux / miel» contribue à la complexité du vin, mais à des niveaux élevés, elle est considérée comme un défaut (Campo et al. 2012). Des producteurs de mousseux au Canada, en Ontario, ont observé que les vins mousseux de l'Ontario produits avec du pinot noir (sensible à la pourriture aigre) peuvent avoir une saveur évidente de «sucré / miel». La production de vin mousseux étant à la hausse partout en Ontario, il est essentiel que ce problème soit réglé. L'acétate d'éthylphényle (EPhA) et l'acide phénylacétique PhAA (Campo et al. 2012) sont deux composés aromatiques spécifiques identifiés dans le vin qui causent cette mauvaise saveur «sucrée / miellée». On a signalé que les deux composés contribuaient à une mauvaise saveur «sucrée / miellée» dans les vins fabriqués à partir de raisins contenant une certaine pourriture aigre (Campo et al. 2012). On ignore l'origine de ces composés problématiques et le lien direct avec le développement de la pourriture aigre dans les raisins. Il se peut que les raisins aient des niveaux élevés de précurseur et que le complexe microbien de la pourriture aigre agit sur le précurseur en contribuant au mauvais goût «sucré / miel» lorsque la pourriture aigre se développe dans le fruit. En variante, la levure commerciale pourrait former ces composés pendant la fermentation lorsque les niveaux d'acide acétique sont élevés dans le moût de départ (comme lorsque les raisins pourriture aigre sont présents) par des réactions d'estérification avec d'autres métabolites de fermentation.
La PhAA est un régulateur de croissance des plantes et peut donc être produite dans des raisins sensibles à la pourriture aigre en réponse de croissance à une altération de la surface des raisins. Aucune étude pour analyser les raisins avant et après la pourriture aigre pour mesurer le précurseur PhAA et le métabolite EpHA n'a été réalisée. Nous émettons l'hypothèse que ces composés sont riches en raisins car ils commencent à se décomposer en interne à cause de la pourriture aigre, puis sont transférés au moût et finalement au vin. Aucune étude n'a été menée sur les variétés ontariennes au Canada sujettes à la pourriture aigre utilisées dans les vins de table rouges et les vins mousseux (Pinot noir). Des seuils de consommation ont été identifiés dans les vins issus du cépage rouge portugais Trincaderia. Cependant, le contre-goût «sucré / miel» semble également être augmenté par l'additif azoté commun phosphate de diammonium (DAP) pendant la fermentation et le vieillissement des lies. Il est essentiel de tester les raisins récoltés pour les vins mousseux connus pour être sensibles à la pourriture aigre, pour le précurseur et le métabolite (Torrea et al.2011, Campo et al.2012). Le pinot noir à peau fine est particulièrement sensible à la pourriture aigre, largement planté à travers le Canada en Ontario et utilisé dans la production de vin mousseux.

Une façon d'améliorer la qualité et de donner davantage un sentiment d'identité régionale au vin canadien consiste à utiliser de la levure isolée localement. Inglis a caractérisé une levure naturelle isolée de la peau de raisins Icewine locaux en Ontario. Bien que la levure ne soit pas une levure suffisamment forte pour fermenter au-dessus de 9% v / v d'éthanol dans Icewine, elle s'est avérée bénéfique pour la production de vin d'appassimento en ce qu'elle est un faible producteur des composés oxydants acide acétique, acétate d'éthyle et acétaldéhyde tout en offrant également un profil de saveur favorable et unique aux vins et plus de 16% v / v d'éthanol. Ce projet a l'opportunité de caractériser pleinement le potentiel commercial de levures isolées localement, dont l'une est déjà connue pour produire des niveaux inférieurs d'acide acétique, d'acétaldéhyde et d'acétate d'éthyle pendant la fermentation. Cette levure semble également consommer de grandes quantités d'acide acétique pendant la fermentation, et peut réduire davantage la formation de mauvais goût «sucré / miel». Les applications de cette levure peuvent s'étendre au-delà de la production de vin d'appassimento à la production de vin rouge tranquille, à la production de vin de base mousseux et à une application spécifique pour réduire les impacts négatifs d'un pourcentage de fruits de pourriture aigre sur la qualité globale du vin.

Les objectifs généraux de ce projet sont d'identifier si deux arômes «sucrés / miellés» causés par l'acétate d'éthyle phényl (EPhA) et l'acide phénylacétique (PhAA) sont présents dans les raisins de pinot noir à la suite d'une infection de la pourriture aigre ainsi que dans le mousseux et les vins tranquilles fermentés à partir de ces raisins. Nous testerons l'acceptation par les consommateurs des composés des vins rouges et effervescents; et tester si les isolats naturels de levure indigène provenant de vignobles canadiens peuvent éliminer les composés avec l'acide acétique. Une levure indigène isolée d'un vignoble de l'Ontario sera mise à l'essai pour la production de vin rouge à l'échelle commerciale.

- Belinda Kemp, CCOVI at Brock University

Activité 15 - Nématodes parasites des plantes

Les nématodes phytoparasites (PPN) sont des vers microscopiques du sol qui parasitent les racines des plantes. Certaines espèces sont des ravageurs importants mais souvent négligés des raisins de cuve dans de nombreuses grandes régions viticoles du monde. Alors que plusieurs types de PPN étaient connus pour être présents dans les vignobles de la vallée de l'Okanagan, leurs distributions réelles et leurs impacts sur la croissance de la vigne dans les conditions de croissance de l'Okanagan étaient mal connus. Par conséquent, les objectifs de ce projet de recherche en cours étaient de : (1) Déterminer la distribution des principales espèces de PPN dans les vignobles de l'Okanagan ; (2) Corréler les populations de PPN dans les blocs de vignobles expérimentaux avec des mesures de la vigueur de la vigne et l'incidence d'autres maladies ; et (3) Développer des cultures pures d'espèces PPN clés et effectuer des expériences d'inoculation contrôlées pour mesurer expérimentalement les effets des nématodes sur la croissance de la vigne et la sensibilité à d'autres maladies. Un quatrième objectif était d'effectuer une enquête initiale sur les PPN trouvés dans les vignobles de la Nouvelle-Écosse.

Les activités sur le terrain proposées pour 2021 se sont déroulées comme prévu initialement, et les analyses en laboratoire (identifications des espèces de nématodes) qui ont été reportées en 2020 en raison de Covid, ont été achevées en 2021. Deux documents clés découlant de l'objectif 1 (répartition des PPN parmi les vignobles de la Colombie-Britannique ) et 4 (identification et distribution des PPN parmi les vignobles de la Nouvelle-Écosse) ont été publiés et soumis pour publication, respectivement en 2021. Au moment de la rédaction du rapport, le deuxième article avait été accepté pour publication et est sous presse.

Dans le plan de travail initial, la collecte de données devait se terminer en 2021, et 2022 devait être principalement utilisée pour l'analyse et la publication des données. Le report du financement de 2020 à 2022 permettra de poursuivre la collecte de données de trois des quatre expériences collaboratives sur le terrain jusqu'en 2022. Il s'agit d'un résultat fortuit des restrictions de Covid-19 en 2020, car les données des expériences d'utilisation du compost l'indiquent. une trajectoire démographique intéressante d'une année à l'autre des nématodes du poignard qui justifie une surveillance plus approfondie. De plus, des expériences sur microparcelles pour tester les effets des nématodes annelés sur l'expression des maladies du tronc qui devaient initialement être établies en 2020 ont finalement été établies en 2021, et 2022 seront nécessaires pour recueillir des données sur la réponse de la croissance de la vigne.

- Tom Forge, AAFC Summerland

Activité 16 - Nouvelles approches des stratégies de lutte intégrée contre le ver-gris grimpant dans la vigne  

Rapport final

Cliquez ici pour lire le rapport complet

- Deborah Henderson, Kwantlen Polytechnic University

Activité 17 - Gestion des cicadelles du raisin et du vin

La recherche contenue dans l'activité 17 du projet CGCN Favoriser la croissance durable du secteur canadien du raisin et du vin répond au besoin d'élaborer des stratégies de gestion pour atténuer les dommages économiques causés à l'industrie du raisin de cuve par les cicadelles. Les domaines de recherche comprennent des études sur les relations d'accueil des guêpes Anagrus qui parasitent les œufs de cicadelles avec leurs hôtes d'été et d'hiver alternatifs, et des méthodes durables de gestion des cicadelles qui comprennent l'utilisation de dissuasifs alimentaires et d'insecticides plus compatibles avec la lutte antiparasitaire intégrée. Malgré les impacts négatifs des restrictions COVID en cours, des changements de personnel et de la chaleur extrême de l'été au cours de l'été 2021, des progrès significatifs ont été réalisés dans tous les domaines d'étude.

Les œufs Anagrus parasites des œufs de cicadelles sont les ennemis naturels les plus importants des cicadelles. Pour déterminer les hôtes de cicadelles utilisés pour l'hiver, ces parasitoïdes et leurs hôtes de cicadelles ont été extraits de matériel végétal ligneux dormant collecté dans la région de Niagara en Ontario et dans l'Okanagan et les basses terres continentales de la Colombie-Britannique au printemps 2021. Les parasitoïdes et les cicadelles d'Anagrus ont été également collecté pendant la saison de croissance sur des vignes et des plantes hôtes d'été alternées dans les deux régions. Pour aider à l'identification de ces minuscules guêpes, couplées à des identifications d'espèces basées sur la morphologie, des séquences génétiques et des ensembles d'amorces ont été créés pour permettre une identification précise et rapide par des tests moléculaires. L'utilité de cette technique est mise en évidence par la capacité de déterminer simultanément le parasitoïde Anagrus et son œuf hôte à partir de dissections de feuilles. On espère que les informations sur la biologie des parasitoïdes Anagrus des cicadelles de la vigne permettront la culture de certaines espèces de plantes compagnes ou d'autres stratégies pour préserver et améliorer les populations de parasitoïdes.

S'appuyant sur nos recherches antérieures qui ont révélé que certains fongicides à base de strobilurine et tensioactifs organosiliconés étaient très dissuasifs à l'alimentation des nymphes de la cicadelle de la vigne vierge (VCL), des essais biologiques de choix en laboratoire ont été effectués avec un certain nombre d'huiles végétales essentielles, d'huiles essentielles végétales formulées et divers autres produits de pulvérisation pour vignobles. La composante laboratoire de ce travail est maintenant terminée et les matières les plus actives seront évaluées dans des essais répétés de pulvérisation sur le terrain. La ponte des cicadelles femelles et la survie des nymphes sont affectées par l'état et le statut hydrique des vignes. En 2021, nous avons pu pour la première fois collecter des données sur les populations de cicadelles à partir d'une étude de terrain d'irrigation déficitaire répliquée menée par Bowen et al. Nous espérons collecter à nouveau des données en 2022 lorsque nous pourrons alors compléter les analyses statistiques. Avec l'ajout d'un insecticide d'intérêt restant, l'efficacité de dix insecticides plus compatibles avec la lutte antiparasitaire intégrée aura été évaluée dans des essais biologiques en laboratoire. Deux ou trois des insecticides les plus prometteurs seront inclus avec les huiles de pulvérisation horticole dans des essais de pulvérisation sur le terrain répétés en 2022.

Le COVID et d'autres perturbations retarderont l'analyse des données et la production d'articles et de manuscrits, mais la recherche devrait être sur la bonne voie ou presque pour être achevée à la date de fin du projet. Aucune modification n'est prévue.

- Tom Lowery, AAFC Summerland

Activité 18 - Atténuation des infestations de coccinelles asiatiques multicolores (MALB)

Ce projet est terminé.

- Wendy McFadden-Smith, CCOVI at Brock University

Activité 19 - Utilisation de couvre-sol pour contrôler les agents pathogènes du sol dans les vignes

Le rôle du couvre-sol dans le contrôle des agents pathogènes est largement inconnu, mais il est bien connu que les plantes peuvent modifier la composition des communautés fongiques du sol. L'augmentation de la biodiversité des vignobles canadiens au-dessus du sol peut avoir des avantages au-delà de la suppression des agents pathogènes, notamment une meilleure rétention des nutriments, une meilleure structure du sol et une réduction de l'herbivorie. Ces services écosystémiques deviendront de plus en plus importants à mesure que les producteurs subiront les effets des futurs régimes climatiques. Bien que les viticulteurs soient désireux d'exploiter les cultures de couverture comme biofumigants, il n'y a pas suffisamment de preuves pour recommander des cultures ou des combinaisons particulières. Nous testerons le rôle de l'identité des plantes dans les plantes de couverture en viticulture sur l'incidence et l'abondance des maladies fongiques communes du tronc.

Nous testons l'effet de divers systèmes de cultures de couverture sur les communautés microbiennes du sol et l'incidence des maladies. Plus précisément, nous cherchons à savoir si différentes crucifères, qui sont connues pour conférer une résistance aux maladies, sont également efficaces. Nous nous intéressons également à la manière dont ils affectent les champignons bénéfiques. Nous explorons ces sujets en serre et sur le terrain. Nous nous intéressons également à la manière dont les cultures de couverture peuvent faciliter la propagation des microbes inoculants. Enfin, nous examinons l'effet de la composition et de la biodiversité des cultures de couverture sur les communautés microbiennes du sol et l'incidence des maladies.


- Miranda Hart, University of British Columbia-Okanagan

Activité 20 - Maladie de la galle du collet de la vigne : stratégies d'identification, de contrôle biologique et de gestion durable

L'analyse des vignes provenant des pépinières a montré que les bactéries de la galle du collet sont présentes dans différents cultivars, pépinières et emplacements sur la vigne. Parce que la distribution est inégale, il est difficile de tester commercialement le matériel de pépinière de vigne avant la plantation. Les racines peuvent être testées négatives car les bactéries sont situées dans le greffon où le test n'est pas possible car les vignes doivent être plantées.

Nous avons identifié plusieurs biocontrôles bactériens et fongiques qui peuvent inhiber la croissance des bactéries de la galle du collet en laboratoire. Cependant, les expériences en serre pour tester les souches n'ont pas entraîné d'inhibition des symptômes de la galle du collet ou les expériences ont échoué. Plus de travail pour améliorer les méthodes de serre doit être mené et plus de biocontrôles isolés et évalués.

Nous avons constaté que les isolats fongiques appartenant à Trichoderma étaient capables de réduire les bactéries de la galle du collet sur les plaques. Les mêmes isolats fongiques constituent la matière active du pesticide Rootshield®. Le produit a été infiltré avec succès dans les cannes de vigne et nous avons pu ré-isoler le produit de toutes les parties de la canne. Il s'agit d'une découverte importante, car cela peut conduire à une application où les vignes peuvent être immunisées contre la galle du collet dans les pépinières, cependant, RootshieldR n'a pas empêché le développement de galles lorsqu'il a été testé dans une expérience en serre.

L'ajout de compost n'a pas modifié le poids de la taille de la vigne dans un essai en serre. L'effet du compost sur les bactéries de la galle du collet dans le sol est en cours d'évaluation. Cependant, les essais en serre n'ont pas réussi en ce qui concerne la formation de galles du collet; nous n'avons pas pu générer de galles sur les troncs de vigne lorsque du matériel de pépinière dormant a été utilisé. Des expériences utilisant des cannes récoltées dans un vignoble local sont en cours pour tester si la formation de galles peut être observée sur des cannes sans porte-greffes.

L'ajout de compost dans un vieux vignoble établi n'a pas modifié l'incidence de la galle du collet sur les troncs de vigne. L'effet du compost sur les bactéries de la galle du collet dans le sol est toujours en cours d'évaluation. Le compost a augmenté le % d'azote, le % de carbone et la matière organique dans le sol du vignoble. De plus, le compost a augmenté les micronutriments du sol. Les données de récolte et de taille n'ont pas pu être évaluées en 2021, le vignoble ayant été vendangé à notre insu.

L'ajout de compost dans un vignoble nouvellement établi n'a pas modifié les propriétés du sol, car les composts doivent probablement être appliqués pendant une plus longue période. Les vignes où le sol était butté autour du point de greffe à l'automne n'ont pas développé de galles, comparativement aux galles qui sont apparues sur deux vignes témoins sans buttes de sol. L'expérience se poursuivra sur une autre saison de croissance.

- Louise Nelson, University of British Columbia - Okanagan

Activité 21 - Maladies du raisin et du tronc du vin

La viabilité économique à long terme de l'industrie de la vigne repose sur un matériel de plantation sain et des stratégies efficaces de gestion des maladies dans les vignobles. Les maladies du tronc de la vigne (MTG) sont considérées comme l'un des facteurs biotiques les plus importants limitant à la fois le rendement et la durée de vie des vignobles, non seulement au Canada, mais dans le monde entier. Des études antérieures menées par le laboratoire de pathologie végétale du Summerland Research and Development Centre (SuRDC) depuis 2010 ont contribué de manière significative à une meilleure compréhension de l'état actuel de la GTD en Colombie-Britannique (C.-B.), jetant les bases du développement d'une maladie efficace stratégies de contrôle. Cependant, contrairement à la plupart des pays viticoles du monde, ni pratiques culturales ni produits homologués (chimiques ou biologiques) ne sont actuellement disponibles pour atténuer l'impact de ces maladies au Canada. Par conséquent, et en s'appuyant sur des travaux antérieurs, l'objectif principal de ce projet de recherche est de développer et de mettre en œuvre des stratégies de gestion efficaces contre la GTD dans les vignobles jeunes et matures ainsi que dans les pépinières de vignes au Canada.

A ce jour, notre équipe a développé et mis en place des outils moléculaires sensibles et fiables pour la détection et la quantification absolue des champignons GTDs présents dans le matériel prêt à planter des pépinières. Nous avons mis en œuvre cette technologie pour évaluer l'état de santé du matériel de vigne importé au Canada et avons montré des niveaux élevés d'infection et différents champignons présents. Cette étude est la première du genre au Canada et aidera à identifier les sources d'inoculum ainsi que les stratégies de gestion pour atténuer les infections au niveau de la pépinière.

Les travaux menés au cours de l'exercice 2021-2022 ont ajouté un soutien à l'utilisation d'agents de lutte biologique (BCA) trouvés localement en Colombie-Britannique pour lutter contre les MTG. Sept espèces du genre Trichoderma ont été entièrement caractérisées et des essais en laboratoire, en serre et sur le terrain sont terminés. Les résultats de ces études ont montré une efficacité élevée de ces espèces en tant que BCA. De plus, notre laboratoire a généré les données de terrain requises, qui sont actuellement utilisées par une entreprise privée pour compléter l'enregistrement du premier produit commercial (biologique, à base de Trichoderma) pour le contrôle des MTG au Canada. De plus, des essais visant à étudier l'utilisation de la chirurgie réparatrice comme pratique culturelle en Colombie-Britannique pour atténuer l'infection sont en cours et les résultats montrent une survie de la vigne de 100 % après le traitement et un retour à une production économiquement viable après un an.

Les travaux se poursuivent pour mieux comprendre comment les facteurs abiotiques ou biotiques affectent le développement de la maladie sur les jeunes vignes. Deux expériences en serre évaluant le stress hydrique et les nématodes en tant que facteurs de stress potentiels pouvant induire des maladies ont été achevées. Quatre essais sur le terrain examinant comment les facteurs de stress abiotiques (stress hydrique, enracinement J, surexploitation) et biotiques (nématodes) affectent la santé des plantes et le développement des maladies sont dans la 3e année d'étude.

Malgré les difficultés et les contraintes de travail vécues depuis le début de la pandémie en mars 2020 et qui se sont poursuivies au cours de l'année financière 2021-2022, des progrès significatifs ont été réalisés dans tous les objectifs de l'année de travail 2021-2022 et le projet est en voie d'atteindre tous les livrables.


- Jose Urbez-Torres, AAFC Summerland

Activité 22 - Raisin & Vin Terroir et Précision

La plupart des travaux prévus pour l'Activité 22 ont progressé comme prévu, mais certains travaux n'ont pas été menés en raison de restrictions liées à la covid et ont été reportés à 2022. Un résumé des travaux menés pour l'Activité 22, par objectif :

1. Mise à jour du SIG et étude du carbone du sol. L'analyse des données des sols échantillonnés dans les vignobles et les sites naturels (indigènes) de la vallée de l'Okanagan a été achevée. Les analyses portaient sur le carbone total et disponible pour les microbes, la capacité d'échange de cations et les éléments nutritifs des plantes. Les principaux résultats des échantillons analysés à ce jour étaient les suivants : les pratiques de viticulture sans travail du sol, courantes en Colombie-Britannique, n'épuisent pas le C du sol ; et il existe une forte relation entre le C du sol et la texture du sol, quelles que soient les pratiques de gestion du vignoble. Ces résultats révèlent l'importance de tenir compte de la texture du sol dans l'établissement des objectifs de séquestration du C du sol pour les vignobles. La couche de données SIG pour le carbone du sol sera importante pour définir les futures stratégies de durabilité pour l'industrie. Cette étude se poursuivra en 2022 sous la direction du Dr Ben-Min Cheng. Le CP initial de ce projet, le Dr Pat Bowen, a pris sa retraite en septembre 2021. L'échantillonnage et l'analyse du sol prévus pour 2021 qui compléteraient les travaux sur le terrain (échantillonnage du sol) pour la caractérisation du carbone du sol n'ont pas été effectués en raison de retards administratifs au début de 2021. Les travaux d'échantillonnage seront effectués au printemps 2022, et le traitement des sols et l'analyse des données seront terminés au début de 2023, afin de laisser suffisamment de temps pour que les résultats soient inclus dans le rapport final du PAC.

2. Effets interactifs du stress hydrique saisonnier et de l'exposition aux grappes. Une expérimentation prévue en 2020 a été menée en 2021 dans un vignoble commercial pour étudier les effets interactifs du stress hydrique de la vigne et de l'exposition des grappes de fruits. L'expérience s'est terminée comme prévu et l'analyse de la composition des fruits est en cours. Des répliques de vins ont été faites à partir de chaque traitement pour déterminer leurs effets sur la chimie du vin et les caractéristiques sensorielles. L'évaluation sensorielle sera menée fin 2022. Cette étude se poursuivra en 2022 sous la direction du Dr Ben-Min Cheng. Le chercheur initial de ce projet, le Dr Pat Bowen, a pris sa retraite en septembre 2021.

3. Imagerie par drone pour guider la gestion précise de l'irrigation et de l'azote. Bien que la pollution par la fumée des incendies de forêt ait empêché les vols de drones pendant la majeure partie de la saison de croissance 2021, des vols ont été effectués en septembre pour atteindre les objectifs. Les vols combinaient imagerie multispectrale et thermique (imageurs co-montés). L'imagerie s'est concentrée sur les études du stress hydrique de la vigne et de la nutrition azotée, cette dernière en collaboration avec K Usher. Une importante gestion des données et une analyse des images acquises par drone ont été réalisées. Une procédure d'analyse a été développée en utilisant l'imagerie des nuages ​​de points pour déterminer la réflectance spectrale et l'émission IR à différentes hauteurs du couvert végétal. Ce travail d'analyse d'images est mené par Brad Estergaard et se poursuivra en 2022-2023, sous la direction (PI) du Dr Ben-Min Cheng. Le chercheur initial de ce projet, le Dr Pat Bowen, a pris sa retraite en septembre 2021.

4. Drone et imagerie au sol pour diagnostiquer les maladies de la vigne. Bien que la pollution par la fumée des incendies de forêt ait empêché les vols de drones pendant la majeure partie de la saison de croissance 2021, des vols ont été effectués en septembre pour atteindre la plupart des objectifs. Les vols combinaient imagerie multispectrale et thermique (imageurs co-montés). L'imagerie a été réalisée dans le cadre d'études collaboratives avec JR Urbez Torres. Une procédure d'analyse a été développée en utilisant l'imagerie des nuages ​​de points pour déterminer la réflectance et l'émission à différentes hauteurs du couvert végétal. Ce travail d'analyse d'images est mené par Brad Estergaard et se poursuivra en 2022-2023, sous la direction du Dr Ben-Min Cheng. Le chercheur initial de ce projet, le Dr Pat Bowen, a pris sa retraite en septembre 2021.

- Pat Bowen, AAFC Summerland

Merci à nos partenaires financiers :

 

Agriculture et Agroalimentaire Canada par l'intermédiaire du Partenariat canadien pour l'agriculture

   

British Columbia Wine and Grape Council, Grape Growers of Ontario, Ontario Grape and Wine Research Inc., Conseil des Vins Du Quebec, Nova Scotia Department of Agriculture and Grape Growers Association of Nova Scotia along with our Industry Partners for funding this research. We look forward to learning more over the final year of the program. For more information, please contact us

De notre équipe

  • La certification du RCCV contribuera à long terme au développement du secteur vitivinicole canadien vers les plus hauts standards en garantissant que des plants de vigne de la meilleure qualité et exempt de maladies soient disponibles pour l’industrie du raisin à cuve.
    Hans Buchler, président
Questions? Contactez-nous. 

Contactez le RCCV pour en apprendre davantage sur comment devenir certifié ou encore sur nos projets de recherche.

Contact

Inscription par courrier électronique

Restez à jour avec tout ce qui concerne CGCN-RCCV! Nous ne surchargerons pas votre boîte de réception. Vous devez vous attendre à une mise à jour de la newsletter tous les deux mois.